Christine Phung volcanique

C'est l'histoire d'une femme qui fait du vélo sur un volcan en Italie". Voilà la source d'inspiration de Christine Phung pour sa troisième collection, présentée mardi 23 septembre, à l'Institut du Monde arabe

FRED SATHAL

L'imaginaire fantasque de Fred Sathal se transforme après huit ans, la construction complexe, et la réalisation artisanale, est d'une poésie et sophistication d'une du sud. Elle nous offre le rêve du corps ouvert jusqu’à la profanation.

ON AURA TOUT VU

Le cristal de roche est capable de décomposer la lumière dans toutes les nuances de l'arc en ciel. Il est d'une absolue neutralité et peut être employé sur tous les chakras, pour tous les usages.Le cristal est un puissant amplificateur.

DIOR LA FEMME EMAÜS

Raf Simons invente par la voie de Dior le concept Emaüs : prêt-à-snober. Un fois de plus, le designer de Dior, plus inspiré pour créer la mode masculine que la mode féminine, nous donne une collection en dehors du temps. Concept Madame Dior qui s’habille chez Emaüs, (crise oblige), vêtement déstructuré, explosion de couleurs « Has been » de l’année dernière, incompréhension par la structure mais aussi par le fils d’Ariane que nous ne pouvons suivre. En présence de Madame Wintour, et d’autres personnalités de la presse qui nous déclarent avant la collection à la question sur Raf Simons : « Pensez vous que la collection sera belle ? Nous dépensons plusieurs dizaines de millions de dollars chaque année dans les magazines de mode pour la marque, pensez-vous que les journalistes oseraient faire un article contre la collection de Dior !!! »

WEEK KEN OKADA

aponaise diplômée du Bunka Fashion College à Tokyo tout comme Kenzo et Yohji Yamamoto. C’est en 2001 après s’être installée à Paris et avoir obtenu de prestigieux prix qu’elle crée sa marque éponyme : KEN OKADA. Elle ouvre en janvier sa boutique au 1 bis rue de La Chaise dans le 17ème à Paris. La créatrice Ken Okada présente une collection printemps-été inspirée du film « Good Morning England », sous le signe de la rébellion, de l'audace et de la nouveauté. Une collection pop rock détonante qui marque un tournant dans l'histoire de la marque de la créatrice grâce à des tenues nuancées et avant-gardiste très inspirées par l'Union Jack.Après le show, nous sommes partis dans les jardins du Palais Royal pour une sorte de happening ce qui était véritablement très rafraîchissant sous ce beau soleil parisien. Nous restons persuadés que Ken Okada a véritablement un fort potentiel, et que c'est une grande créatrice en devenir.

GEOFFREY MINGOT

Les styles sont déterminés par un héritage culturel venu tout droit après les 30 glorieuses. Les jeunes se catégorisent suivant plusieurs groupes possédant en leur sein même des variantes, des styles différents. La musique, les signes distinctifs comme des objets tels que des médaillons, des bijoux ou autres accessoires, une coiffure spéciale ainsi que l’habillement, sont des repères pour montrer leur appartenance à tel ou tel groupe. Héritage ou innovation ? Nous pouvons dire en quoi la mode est un champ social réunissant des groupes dans lesquels ils se confrontent et se rejoignent. Bref, elle est le reflet de notre société.Geoffrey Mingot un nouveau créateur

ALEXIS MABILLE

<p style="text-align: Fidèle à lui-même et à ses précédentes collections, Alexis Mabille, dont le défilé a été présenté mercredi 24 septembre à l'Hôtel Salomon de Rotschild, signe une collection féminine chic et désirable, mais décontractée et sport. Comme à son habitude. Alexis Mabille revendique pour le printemps et l'été prochains une mode frivole, célébrant le sex-appeal et jouant avec la sensualité du corps féminin par des coupes très maîtrisées. L'essence même de son défilé c'est, selon ses propos, "la fraîcheur, la fluidité, la décontraction et la nonchalance d'une femme forte et assumée, terriblement française et libérée". "Ma femme, son sport, c'est la mode !" annonce sur sa note d'intention l'un des créateurs chouchous de la nouvelle génération. Femme, sport, mode : tout tient dans ces trois mots. Cette collection d'une trentaine de modèles fait la part belle aux tenues de boxe, et plus généralement, aux vêtements de sport.

RAMI AL ALI Born in Deir ez-Zor, Syria, Rami Al Ali is the only boy of five children. In 1991, Al Ali joined the College of Fine Arts to study Visual Communications. Inspired by the institute’s freedom of expression, Al Ali’s decision to design and produce a fashion show for his final graduation project astounded his professors. We can wonder why the “Chambre syndicale de la Haute Couture” has not yet selected this designer for its Haute Couture show as an invited guest.